Yoga Sutra de Patanjali - formation continue 2012-13 Formation Continue Construction de séance intensif Pranayama Yoga Sutra
Articles

Yoga Sutra de Patanjali -
Savoir honorer la Tradition

Article présenté à la revue Yoga Mondô comme «chronique Yoga Sutra»
20 novembre 2011. Par Daniel Pineault, Enseignant de Yoga,BSc KHYF, FFY

Nous sommes actuellement dans une époque de yoga bien particulière. Du côté positif: le yoga est sorti de l'ombre et semble enfin reconnu comme une discipline ayant des effets réels et mesurables sur notre Quête de bonheur. Il n'y a as si longtemps encore, nos professeurs pionniers du yoga, ont du passer au travers de nombreux tabous et préjugés - le yoga étant alors considéré comme la "dernière chose à faire quand on ne pouvait rien faire d'autre de plus valable." Cette époque est heureusement révolue. Du côté moins positif il y a une prolifération médiatique reliée au marketing exagéré et l'appât du gain. Aujourd'hui "tout ce qui bouge" porte le nom de yoga: des boissons désaltérantes, des céréales, du yogourt... on annonce les voitures et les services financiers avec du yoga...c'est un peu "disproportionné", pour une discipline qui se veut avant tout intérieure. Les responsables ne sont certainement pas les yogis qui pratiquent sur leur tapis. Comme dans toute choses, lorsque l'expansion mène trop loin, il faut revenir à la source. Aussi je me propose dans cet article de vous présenter les bases traditionnelles contenues dans toute la première ligne du merveilleux texte des Yoga Sutra de Patanjali.

- Notre yoga, on ne le fait jamais seul...
on le fait dans la continuité des maîtres qui nous ont précédé. -

Patanjali est le maître dont l'action importante a été de graver l'esprit essentiel du yoga et le rendre disponible par écrit pour les générations à venir... et il a réussi à merveille. Son texte des Yoga Sutras s'organise sur quatre chapitres, traitant chacun du processus de libération de la souffrance d'une façon bien particulière. Le premier chapitre "Samâdhi Pâdah" décrit l'état de yoga en élucidant les mécanismes du fonctionnement mental. Réaliste et pragmatique, Patanjali constate la présence d'obstacles au bon fonctionnement de la pensée et suggère des attitudes mentales à adopter pour obtenir un esprit plus clair. Le deuxième chapitre "Sadhana padah" est une approche très pratique, décrivant la démarche à suivre, littéralement un mode d'emploi. Patanjali explique pourquoi nous souffrons et suggère les méthodes à utiliser pour s'éloigner de la souffrance, il en résulte une maîtrise de nos facultés sensorielles et un accès à un mental rendu maintenant apte à la concentration. Le troisième chapitre nous met l'eau à la bouche en nous présentant les résultats attendus de la pratique assidue du yoga. Celui qui sait se concentrer sur l'un des nombreux thèmes de méditation proposés, en tirera des bénéfices tangibles parfois même impressionnants. Ces pouvoirs spéciaux nommés Vibhutis sont en fait des cadeaux pour nous encourager à progresser dans notre démarche mais, quoique extraordinaires, ils ne sont encore que le pâle reflet de l'état de grâce final. Le quatrième chapitre présente non moins que le processus de libération  "Kaivalya" qui soulage de toute souffrance. Cette démarche finale prend tout sons sens dans la quête intérieure du yogi.

- YS 1.1 Atha yoga anushasanam -

Ce sont les premier mots de Patanjali. ATHA est un mot de bon augure: "Voici nous allons amorcer quelque chose d'heureux et d'important". Il souligne aussi le recommencement continuel nécessaire pour atteindre l'objectif. Ici la pilule miracle n'existe pas. Le yogi doit raffiner sa pensée pour bien comprendre la voie noble qu'il accepte de suivre. Traditionnellement, le maître évaluait son jeune élève pendant plusieurs années en vue d'entreprendre un jour l'étude des Yoga Sutras

- L'élève junior mémorisait par l'écoute et le chant, des centaines de lignes de textes des Véda et des Yoga Sutra, jusqu'à ce qu'un bon jour (probablement à l'âge du jeune adulte), le maître l'accueille avec ces mots: "Atha yoga anushasanam"... Voici, tu es prêt à entreprendre l'étude du yoga dans la continuité de la tradition des grands maîtres qui nous ont précédé. -

Pour nous aujourd'hui, "Atha" c'est l'idée de nous replonger dans l'état d'esprit de l'élève qui chemine, avoir l'attitude du débutant qui recommence et remet cent fois sur le métier. Pour l'élève, l'ouverture et l'écoute sont nécessaires sinon ça ne sert à rien d'entreprendre le travail.

-Dans ma carrière d'enseignant, les élèves les plus difficiles que j'ai rencontrés sont ceux qui ne venaient pas pour apprendre mais d'avantage pour m'enseigner. Chacun doit tenir son rôle, l'élève doit vouloir apprendre... et le professeur doit savoir enseigner. "Atha" représente l'élève et "anushasanam représente le professeur. -

Anushasanam représente la reconnaissance envers la tradition, ce qui a été établi auparavant par ceux qui nous ont précédé. La racine ANU signifie justement l'idée de la continuité. En yoga l'enseignant qui réussi le mieux est celui qui sait s'effacer et laisser la place dominante à l'enseignement. Patanjali enseigne sa doctrine sans jamais revendiquer son droit d'auteur. Les autres grands maître Bouddha, Jésus et autres ont aussi mis l'emphase sur la doctrine et l'exemple. Ils ont mis au monde des paroles vivantes qui s'adaptent au contexte de l'évolution humaine.

- Aussi à chaque fois que je me place sur le tapis de pratique ou le banc de méditation, j'ai l'impression de continuer le même chemin où tant d'autres m'ont précédé. -

Reconnaître l'importance de la tradition nous dispose à bénéficier de l'expérience, des écrits, des chants ou même la voix qui vous enseigne. Votre professeur est, lui ou elle aussi, un descendant de cette grande famille du yoga. Faire perdurer la tradition...c'est ça "anushasanam".

- Personnellement à chaque fois que je pose mes pieds sur le tapis de yoga, je me dis que je ne suis pas seul et qu'il y a dans le monde des centaines de yogis qui pratiquent, respirent et méditent en même temps que moi. En visualisant le magma d'énergie positive que nous créons tous ensemble, j'ose parfois croire que nous pouvons vraiment changer le monde, l'améliorer à l'image de la Vie universelle. -

Dans ce premier Sutra il y a le mot Yoga: Le texte de Patanjali est le premier traité de yoga que l'humanité ait produit, il en exprime l'essence. Nous savons tous que le mot yoga est vaste et exprime à la fois le chemin, l'attitude, l'objectif, l'état d'esprit à adopter, les moyens à utiliser, mais surtout la qualité mentale à adopter pour arriver au but. Au Sutra 1.2 Patanjali confirme que le yoga c'est l'aptitude à diriger nos facultés mentales et les maintenir en une direction (Nirodha). Il ne suggère pas tellement d'annihiler l'activité mentale mais plutôt de transcender l'activité mentale ordinaire - celle qui fluctue et s'agite - en une activité inquisitrice, élevant et pénétrante, chercheuse de la vérité manifestée à nos sens. Nous verrons les détails des définitions du yoga dans une prochaine chronique.

Anecdote: En 2003 j'ai eu l'occasion de rencontrer BKS Iyengar chez lui à Pune à une heure de Mumbai (Bombay) en Inde. Avec Desikachar et son fils Kausthub, notre groupe rendrait hommage au professeur Iyengar pour son 85e anniversaire de naissance. Il existe un lien familial entre TKV Desikachar et BKS Iyengar... Iyengar est l'oncle de Desikachar.. il l'appelait d'ailleur affectueusement "Mama - mon oncle maternel".  Après une visite de ses installations d'enseignement qui peuvent facilement recevoir 300 personnes, Iyengar nous a réunis chez lui dans le salon avec sa fille Gita et son fils Prashant, on nous servaient le thé et les pâtisseries indiennes, nous étions une douzaine d'élèves assis autour de celui que Krishnamacharya  appelait lui-même "Monsieur Yoga". Nous avons eu droit à une période de question et la première demande fut: Monsieur Iyengar... que pensez vous de toute cette expansion du yoga chez les occidentaux.. quelle est selon votre observation, la principale qualité manquante chez les pratiquants occidentaux du yoga? Il répondit d'un trait: "L'humilité et la capacité d'écoute d'un bon élève". Il prit soin de préciser que même encore aujourd'hui plusieurs occidentaux viennent le voir, non pas tellement pour apprendre le yoga mais pour lui montrer (à M. Iyengar) comment il sont performants dans telle ou telle posture. "Parfois la posture est existante mais l'état d'esprit du yoga est totalement absent". Un bon élève devrait ouvrir tous ses sens pour écouter, voir et observer véritablement. L'observation de la plupart des élèves occidentaux est voilée par la forte impression et l'image qu'il ont d'eux même... L'écoute, l'humilité et la référence à la tradition sont les principales lacunes du yoga moderne"  de conclure Iyengar.

Suivons avec confiance les pas de ceux qui nous ont précédé et inspirons nous de leur expérience en bénéficiant des enseignements traditionnels. En yoga et dans la vie de tous les jours, les anciens ont certainement quelque chose de précieux à nous dire.


Daniel Pineault est enseignant et co-fondateur du YogaCentre à St-Hyacinthe. Il a étudié en Inde avec la famille Desikachar, il est formateur reconnu par la Fédération Francophone de Yoga et spécialiste de l'enseignement des Yoga Sutra, du pranayama, de la méditation yoguique et du chant sanskrit. Il est auteur de trois CD audio afin d'aider à faire connaître les Yoga Sutra en Sanskrit et en Français. www.leyogacentre.com

Formation pédagogique Ateliers de développement personnel en yoga
Le Yoga Centre - Articles

Le Yoga Centre
Tradition | Isabelle | Daniel | Professeurs | Élèves | Partenaires | Éthique | Corporatif
Cours | Consultations | Formations | Ateliers | Tarifs | Inscriptions
Calendrier | Boutique | Photos | Articles | Liens

Conception de site Internet par Soda